Récifs artificiels dans le port de La Seyne-sur-Mer

Les petits fonds côtiers sont des habitats essentiels pour de nombreuses espèces de poissons : elles y grandissent avant de pouvoir rejoindre leurs zones de vie adultes. Or, ces zones essentielles à leur développement sont souvent dégradées par les aménagements des zones côtières (ports, digues, etc.). Une solution consiste à fixer des habitats artificiels au service de la réhabilitation des milieux naturels. En juin 2020, des solutions innovantes de restauration écologique (récifs et herbiers artificiels) ont ainsi été immergées dans la rade de Toulon, le long des quais de la Darse Ifremer et du Vieux Port de La Seyne-sur-Mer. Les herbiers artificiels, ou « roselières », reproduisent les habitats des espèces marines locales en mimant les caractéristiques des herbiers de Posidonie méditerranéens. Les blocs en béton, réalisés en impression 3D, visent à recréer des cavités pour abriter les poissons. 

L’enjeu écologique global de cette action est de redynamiser les fonctions écologiques du milieu côtier et de favoriser notamment le retour des juvéniles de poissons. Ces dispositifs feront l’objet d’un suivi approfondi pour évaluer leur efficacité dans la durée.

Ces expérimentations ont été menées avec la start-up Seaboost en partenariat avec la Métropole Toulon Provence Méditerranée, Autorité Portuaire, et son concessionnaire, la Chambre de commerce et d’industrie du Var.

Auteur(s) Dugornay Olivier
Date 2020-10
Licence CC-BY